Droite/Gauche - Temporal/Nasal - Convergence/Divergence  :

L’œil droit de votre fils est du même côté que sa main droite.

Un œil qui converge est dévié vers le nez (=en nasal = en adduction).

Un œil qui diverge est dévié vers la tempe (= en temporal = en abduction).

Lorsque l’on parle du regard à droite d’un sujet, on parle de quand il tourne les yeux vers sa droite.


Physiologique : cela signifie normal, c’est le contraire de pathologique.


L'amétropie (myopie, hypermétropie, astigmatisme) d'un œil correspond à la correction optique qui met au point l'image sur la rétine en vision de loin et sans accommoder.

Cette correction optique joue le même rôle qu'une lentille corrigeant un objectif photo dont la mise au point sur l'infini serait faussée.  Lorsque l’on a atteint la correction exacte de l’amétropie, un verre différent, qu’il soit plus fort ou moins fort dégrade, la vision.


Hypermétropie : l’œil  est trop court  et l’image est interceptée par la rétine avant de s’être focalisée.


Myopie : l’œil  est trop long : l’image se focalise en avant de la rétine sur laquelle se forme donc une image qui s’est à nouveau défocalisée.


Astigmatisme : La correction de myopie ou d’hypermétropie, ne permet pas de focaliser à la fois l’horizontale et la verticale d’un " + ". Il faut ajouter une correction n’agissant que je la verticale ou l’horizontale (ou parfois sur une oblique à un axe bien précis. On parle alors d’astigmatisme oblique).


La presbytie est l'insuffisance d'accommodation pour voir de près. La presbytie est la même pour presque tous au même âge.

En cas de myopie de -3 dioptries par exemple, il est impossible de voir net au-delà de 33 cm, mais la vision est nette à 33 cm sans aucun effort d’accommodation.

 Avec des lunettes corrigeant la myopie, la vision est nette de loin, et un effort d’accommodation est nécessaire pour bien voir de près.


L'acuité visuelle avec correction (lunettes ou lentille) d'un œil correspond à sa capacité à distinguer les plus petites choses.

Elle dépend de la santé de l'œil, et n'a pas de lien direct avec la puissance des lunettes nécessaires.  

(contrairement à l'acuité visuelle sans correction qui dépend plus de l'amétropie que de la santé de l'œil et n'a pas intérêt médical).


Le champ visuel correspond à la capacité à voir sur les côtés. Une atteinte du champ visuel en plein centre est toujours associée à une baisse d’acuité visuelle. Une atteinte du champ visuel épargnant le centre peut passer inaperçue car l’acuité visuelle reste normale.


La macula est la très petite zone centrale de la rétine que l'on utilise pour regarder finement.

Sa destruction ferait chuter l'acuité visuelle à moins de 1/10°.

Le centre de la macula est la fovéa. Lorsqu'un sujet normal fixe une cible, l'image du centre de la cible se forme sur la fovéa de chaque œil.


Le nerf optique transmet l'information de l'œil vers le cerveau, comme le câble reliant une caméra vidéo à un écran (ou plutôt un système d'analyse élaboré). S’il est abîmé, une zone du champ visuel

La papille optique est l'extrémité du nerf optique visible au fond d'œil.


Une saccade est un mouvement rapide des yeux, comme celui que vous pourriez faire pour regarder vers la porte.


La poursuite oculaire est le mouvement des yeux permettant de suivre quelque chose du regard avec précision.


Un mouvement d'abduction est un mouvement vers l'extérieur du corps (=à droite pour un œil droit ou un bras droit). Le contraire de l'abduction est l'adduction.


Les muscles qui mobilisent les yeux (muscles oculomoteurs) :

Les globes oculaires sont mobilisés par 6 muscles chacun. 4 muscles droits (ils sont dits " droits" parce que leur trajet est rectiligne, comme une bretelle partant du fond de l’orbite et allant jusqu’à l’œil) pour les directions haut/bas (muscles "droit supérieur"/ "droit inférieur"), abduction/adduction (muscles "droit latéral"/"droit médian") gauche, droite, et 2 pour la rotation selon un axe antéro-postérieur (muscles oblique supérieur et oblique inférieur) : on parle de torsion.


Reflet cornéen : sur une photo, c’est le reflet du flash sur la cornée brillante. Il forme un  point blanc au milieu de l’œil (lorsque l’œil regarde vers l’appareil photo, sinon il est décentré).


Epicanthus : peau étendue de la racine du nez vers la partie nasale de l’œil, responsable d’un faux aspect de strabisme. Mais l’épicanthus n’immunise pas contre l’existence d’un vrai strabisme intermittent associé, et il est essentiel de faire des photos


Oeil dominant : c’est l’oeil utilisé pour viser.  Bras tendu, montrez du doigt la poignée d’une porte en face de vous (ou autre chose de précis). Fermez un oeil puis l’autre : vous constatez que pour un oeil, l’oeil dominant, votre doigt vise bien la porte, alors que pour l’autre, il vise franchement à côté.

Mais ne jouez pas trop à ce jeu, vous ne seriez plus capable de pointer du doigt.


Strabisme alternant :

Ce n’est pas toujours le même œil qui tourne. Donc, ce n’est pas toujours le même œil qui regarde. Pour les parents, l’enfant louche des deux yeux. Pour l’ophtalmo, l‘enfant sait regarder des deux yeux. Dans un strabisme non alternant, l’œil dévié (c’est toujours le même, sinon le strabisme serait alternant) peut être amblyope.



Fixation croisée : au cours de certains strabismes convergents la fixation n’est possible qu’avec l’œil en adduction. De ce fait, pour regarder sur sa droite (photo du bas), l’enfant tourne la tête à gauche et utilise l’œil gauche.

Une rééducation adaptée doit permettre d’apprendre à l’enfant à regarder à droite avec son œil droit, en le portant en abduction (=vers sa tempe = à droite pour son œil droit).

On ne parle pas de fixation croisée lorsque l’enfant regarde toujours avec le même œil, que ce soit pour regarder à droite ou à gauche.


Strabisme (synonyme : Tropie) : lorsqu’un œil fixe un point, l’autre œil n’est pas dirigé vers le même point. Le strabisme peut être permanent ou intermittent.


Phorie : Les deux yeux regardent vers le même point (donc pas de strabisme), mais si on masque un œil, il se dévie. C’est à dire que sa position " de repos " est déviée. Lorsqu’on démasque cet œil, il se recentre grâce au réflexe de fusion : le cerveau commande l’alignement des images afin de les fusionner. Presque tout le monde à une petite phorie, et il est facile de le vérifier en recherchant le ...

… Phénomène Phi : un sujet qui présente une phorie, et qui fait passer alternativement sa main devant son œil droit  et devant son œil gauche plusieurs fois de suite perçoit un mouvement apparent de l’objet qu’il fixe. Mais s’il masque son œil droit, le démasque, masque son œil gauche, le démasque, masque à nouveau son œil droit ...il ne perçoit aucun mouvement (ou très rarement, il peut voir brièvement une seconde image aller se fusionner avec la première).

Un patient présentant un strabisme, perçoit d’emblée (=sans avoir besoin de cacher chacun des deux yeux alternativement) un saut d’image lorsqu’il masque son œil fixateur.


Neutralisation : c’est la suppression par le cerveau de l’image de l’œil dévié. Elle permet de ne pas voir double bien que les deux yeux ne regardent pas au même endroit. La neutralisation est possible chez les enfants et persiste alors à l’âge adulte. Par contre, lorsqu’un strabisme apparaît à l’âge adulte (lors d’une paralysie d’un muscle oculomoteur par exemple), il est rare que le cerveau puisse s’adapter en neutralisant l’image de l’œil dévié, et le patient voit double.

En fait, seule la zone centrale de l’image de l’œil dévié est neutralisé : cette zone devient un scotome de neutralisation (voir ci-dessous).


Scotome : zone du champ visuel dans laquelle le sujet ne voit pas.


Insuffisance de convergence (insuffisance des amplitudes de fusion en convergence) : pour lire ce texte, vos deux yeux doivent accommoder de façon à ce que l’image qui se forme sur les rétines soit nettes. Ils doivent aussi converger pour  regarder  au même endroit.


Torsion - Extorsion - Intorsion :

notions essentielles, découverte par le Dr J-B Weiss.

Un peu de vocabulaire

(dans un ordre arbitraire. Ctrl+F permet de rechercher un mot)

Fixation croisée

En haut : l’enfant utilise son œil droit pour regarder l’appareil photo situé sur sa gauche. Le reflet cornéen centré sur l’œil droit en atteste (cliquez sur la photo du haut si vous ne voyez pas le reflet cornéen)..

En bas c’est l’inverse.

Vers la page ORTHOPTIE